Tir de la Saint Sébastien

Tir de la Saint Sébastien

Saint Sébastien, le Saint-patron des archers


Le martyr de Saint Sébastien, Gian Lorenzo Bernini, 1617–18

Un peu d'histoire :

A Rome, l'armée comptait de nombreuses compagnies d'archers. L'une de ces centuries était commandée par un officier de la région Narbonnaise : Sébastien. Cela se passait dans les années 280 sous l'empereur Dioclétien.

Converti au christianisme, Sébastien fut sommé d'adjurer sa foi, ce qu'il refusa et fut alors condamné à mort. La sentence prononça sa condamnation à mort, transpercé par les flèches de ses propres soldats.

Ceux-ci, néanmoins bienveillants, prirent soin de ne viser que les parties non vitales. Notre Saint Martyr fut recueilli par Irène, veuve de Saint Catulle. Guéri de ses blessures, il alla trouver l'empereur afin de lui reprocher sa conception de sa tolérance religieuse. Dioclétien le fit alors exécuter. Cela s'est passé le 20 janvier 290. Une matrone romaine chrétienne retrouva le corps et le fit enterrer dans les catacombes sur la via Appia. L'évêque de Soissons, six cents ans plus tard, arma Chevaliers les archers de la compagnie de Soissons et les chargea de rapporter les reliques de Saint Sébastien dans son diocèse.

Ainsi naquit la Chevalerie de l'arc et Saint Sébastien devint patron des archers.

 

Depuis le XVIème siècle, en France, la Saint Sébastien est fêté le 20 janvier (date théorique de sa mort) dans les compagnies d’archers. La laïcisation étant passé par là, cette fête est désormais commémorative et sportive. 

Aujourd’hui encore la tradition est bien vivante et la quasi-totalité des clubs de tir à l’arc organisent une fête à la Saint Sébastien ou peu après. Un tir traditionnel à lieu où chaque archer tire une seule flèche, sans viseur, sur un blason représentant Saint Sébastien.

Carte beursault décorée pour le tir de la Saint Sébastien, 1957

Le vainqueur est celui étant le plus près du centre de la cible.  

Il reçoit un trophée et l’os du gigot qu’il est chargé de décorer pour l’année suivante. Le gigot d’agneau est mangé par tous les participants avant ou après le tir.

En plus d’être le patron des archers dans le monde entier, il est également patron des militaires, des officiers de police et un protecteur contre les épidémies.

 


toute l'association
Se connecter